Médiation - axe de recherche du MICAInformation - axe de recherche du MICACommunication- axe de recherche du MICAArt - axe de recherche du MICA

Le MICA en bref

 

version française

Le MICA (MÉDIATIONS, INFORMATIONS, COMMUNICATION, ARTS) est un laboratoire de recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, labellisé comme Equipe d'Accueil (EA 4426) de l'École doctorale Montaigne-Humanités.

En savoir plus


version anglaise

MICA (MEDIATION, INFORMATION, COMMUNICATION, ARTS) is a research team dedicated to information and communication science belonging to Bordeaux-Montaigne University. It is certified as a research team for the PhD school.

Learn more

Dernières publications

Réplic : L'asso

 

 

Réplic, l'association des doctorants en Sciences de l'Information et de la Communication de Bordeaux 3
L'association des doctorants en Sciences de l'Information et de la Communication.

En savoir plus

 

  Rejoignez Le REPLIC sur Facebook

BEN HENDA Mokhtar

Maître de Conférences HDR

Axe : Études digitales : des donnés aux dispositifs : E3D

Discipline : Sciences de l'Information et de la Communication

CNU : 71

Année de rattachement au MICA : 2009.

Université de rattachement : ISIC, Université Bordeaux Montaigne.

Thèmes de recherche :

  • L’automatisation des langues et leurs représentations graphique, syntaxique et sémantique dans l’univers numérique

    Ce thème couvre les différentes facettes du traitement automatisé des langues depuis le codage multilingue normalisé aux interfaces homme-machine en passant par les questions de contenus numériques et leurs modes d’organisation, représentation et référencement par les métadonnées multilingues sur les réseaux. Les normes ISO de codage des caractères, des modèles et schémas de métadonnées et des profils d’application pour les ressources pédagogiques ont fait l’objet de plusieurs de nos publications. Des problématiques spécifiques ont été traitées à l’instar des algorithmes de bidirectionnalité dans les interfaces de communication Homme-Machine multilingues, la localisation et l’internationalisation des applications informatiques, l’internationalisation des URI etc. Ces questions du multilinguisme numérique ont resurgi plus tard dans les recherches sur les thèmes de la sémantique des contenus, des réseaux terminologiques multilingues, et de l’interopérabilité par les normes et les standards technologiques.

  • Les normes technologiques et l'interopérabilité des systèmes d’information et de communication numérique

    L’un des défis du chantier normatif international aujourd’hui est sans doute l’harmonisation des modèles opératoires des réseaux d’information et de communication numérique. Trois aspects de l’interopérabilité des systèmes sont souvent étudiés : organisationnel, technologique et sémantique. L’intérêt porté pour les normes d’interopérabilité s’oriente essentiellement vers l’interopérabilité sémantique des contenus. Les métamodèles de métadonnées, les schémas et profils d’application comme Dublin Core (norme ISO 15836), le LOM (standard IEEE 1484.12.1-2002) ou le MLO (Metadata for Learning Opportunities) constituent des initiatives universelles profitant à l’environnement du Web et à celui du monde de l’éducation. Cependant, les exigences de la contextualisation de ces référentiels universels, obligent encore le recours à des profils d’application adaptés aux spécifications locales, diversifiant ainsi les versions en cours d’usage et réduisant en conséquence leur degré d’interopérabilité. L’exemple des profils d’application du LOM.fr, CDM.fr etc. constituent une matière d’analyse dans une partie des travaux publiés.

  • Terminologie et réseaux sémantiques

    Cet axe constitue une évolution naturelle de l’intérêt accordé aux métadonnées comme composante clé des systèmes d’information numériques. Les métadonnées nécessitent de plus en plus de traitements sémantiques appropriés pour traduire les sens des valeurs descriptives sans ambiguïté ni confusion. Des outils de traitement sémantique comme les vocabulaires contrôlés et les ontologies spécialisées sont désormais très en vogue dans des disciplines phares comme la médecine ou l’agriculture. Développer une terminologie propre conduirait à un renforcement de l’interopérabilité dans les processus d’échange et de mutualisation des ressources. Une conséquence naturelle à cette perspective est sans doute l’appui considérable à la construction d’agrégations de contenus et de réservoirs de données interchangeables et interopérables. La terminologie normalisée est, de ce fait, l'un des fondements de ce qui se développe comme contenus et services sur les réseaux sémantiques. L’intérêt porté à cet axe terminologique est construit à partir du référentiel ISO du comité technique 37 et tout particulièrement de la norme TMF (Terminological Markup Framework) et de la norme ISO 11179 pour la constitution des registres terminologiques normalisés.

  • Les normes et standards technologiques pour l’e-Learning

    Dans le domaine de l’éducation, grâce à des spécifications comme AICC, IMS et SCORM, les agrégations de contenus sont largement interchangeables entre plates-formes pédagogiques et facilement réutilisables selon des scénarios de construction et de déconstruction adaptés aux parcours, aux individus et aux groupes. Les schémas de métadonnées et les vocabulaires contrôlés pour la description des ressources pédagogiques gagneraient encore à être renforcées pour développer de réservoirs d’objets pédagogiques interopérables, semblables aux réservoirs des archives ouvertes. Le monde de l’e-Learning fait l’objet d’une couverture assez large et varié dans nos publications. Eu égard à une participation active de terrain (tutorat dans des programmes francophones des Masters en ligne), nos orientations se sont focalisées sur les plates-formes d’enseignement à distance, les stratégies de déploiement de dispositifs e-Learning en milieux universitaire, les sujets de construction normalisée d’objets d’apprentissage et de l’interopérabilité des agrégations de contenus. D’autre part, dans le cadre des travaux de la délégation de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) auprès du Sous comité 36 du JTC1 à l’ISO, l’intérêt pour les normes e-Learning nous a ouvert une nouvelle piste de recherche qui représente, depuis lors, la majeure concentration des efforts de recherche effectuée.

  • Le ‘tout numérique’ et la normalisation du multimédia : une nouvelle convergence des systèmes d’information

    Le « tout numérique » est un concept né avec l’informatique des origines qui n’acceptait, jusqu’aux années 1970, de traiter que des données codées et formelles (en majorité des calculs). L’ère du numérique s’est ensuite progressivement appropriée les modalités perceptivo-communicationnelles et de médiation pour engendrer une migration vers des systèmes d’information et de communication de plus en plus décentralisés, fédérant de façon de plus en plus transparente, toutes les options et les solutions technologiques que la révolution du numérique met à notre disposition. C’est le principe de "la convergence". C’est aussi le début de l’abandon définitif du ‘Broadcast’ analogique et l'émergence du concept du "tout numérique" qui devient de plus en plus une réalité concrète dans des domaines comme l’audiovisuel et les mass-médias (exemple : TNT). Or, les systèmes d’information et de communication des réseaux scientifiques et de recherche ne sont pas encore à ce stade d’optimisation. La question de l’interopérabilité des systèmes de métadonnées et des standards adoptés au niveau internationale pour le référencement des ressources en ligne constitue toujours un problème inachevé.

Nous sommes un groupe d’enseignant-chercheurs à avoir opté pour une exploration des pistes qui semblent converger vers la confirmation des normes MPEG comme une alternative très sérieuse pour un cadre de métadonnées (metadata framework) normalisées pour l’e-Learning et le ‘e-procurment’ en général. Nous avons abordé la question fondamentale des potentialités des normes MPEG pour servir de cadre de référence pour un modèle de métadonnées pédagogiques qui coopèrerait ou remplacerait le modèle très emblématique et très répandu d’IMS. Ces questions sont largement débattues aujourd'hui au sein du SC36.

Points forts de recherche :

  • Le contexte majeur dans lequel les questions d’interopérabilité technologique ont marqué nos actions de recherche est sans doute le cadre de la délégation de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) auprès du SC36. Le sous comité ISO/CEI JTC1 SC36 est chargé de la normalisation des technologies de l’information pour l’apprentissage, l’éducation et la formation. La délégation de rang « Liaison de Catégorie A » de l’AUF intervient dans les groupes de travail du SC36 pour discuter des meilleures solutions normatives à mettre en place pour l’e-Learning mondial. La contribution à ces travaux fournit un cadre stratégique influent non pas pour anticiper les orientations normatives de l’e-Learning uniquement, mais aussi pour contribuer aux débats et être actifs dans les réflexions en cours pour la définitions des normes futures de l’e-Learning.
  • Ayant été élu ‘convener’ (coordonnateur) du groupe de travail WG1 du SC36 (juillet 2009) pour la normalisation de la terminologie multilingue e-Learning et son intégration dans un système ontologique à base de graphes conceptuels, les opportunités d’approfondir les recherches sur l’axe des terminologies et vocabulaires normalisés nous sont plus évidentes. Le fait de travailler avec des experts internationaux dans ce domaine et d'assurer un rôle relai envers les comités techniques spécialisées de l’ISO (exemple le TC37), est un facteur notable pour une meilleure visibilité du sujet et donc un meilleur positionnement par rapport aux réalisations dans ce domaine. Cette participation officielle aux travaux du SC36 engendre une activité de recherche subsidiaire orientée vers les communautés de pratiques dans les pays francophones sous forme de projets de recherche-action, de manifestations scientifiques et de travaux d'encadrements académiques.
  • Le fait de travailler en étroite collaboration avec des experts internationaux de la normalisation des TIC et des TICE, notre groupe de recherche sur les normes MPEG lance en 2009 un projet de recherche portant sur l’étude comparative entre les normes MPEG-21 et les spécifications IMS-CP pour la création d’agrégations pédagogiques interopérables. L’objectif du groupe est de pousser la réflexion autour de la norme MPEG-21 la norme internationale alternative à IMS-CP pour les ressources multimédia en éducation. Nos travaillons en groupe international (France, Allemagne, Tunisie) pour produire un livre blanc sur les modalités pratiques de mettre cette alternative en application.

Activités internationales :

  • Depuis juin 2009 : animateur (convener) du groupe de travail WG1 du sous-comité 36 de l'International Organization of Standardization (ISO-IEC/JTC1 SC36), chargé de la normalisation de la terminologie e-Learning.
  • Depuis mars 2009 : liaison entre le Groupe de travail WG1 du SC36 (ISO-IEC/JTC1 SC36) et le groupe de terminologie du JTC1 de l’ISO (ITVMT) pour la coordination des bases de données terminologiques et conceptuelles de l’e-Learning.
    Document SC36 N1802, Résolution 2 : http://isotc.iso.org/livelink/livelink/8047175/ 36N1802.pdf?func=doc.Fetch&nodeid=8047175&vernu1
  • Depuis mars 2004 : chef de la délégation de l’Agence Universitaire de la Francophonie auprès du sous-comité 36 de l'ISO (ISO-IEC/JTC1 SC36) pour la normalisation des technologies éducatives.
  • 2002-2007 : secrétaire général de l'Association Internationale des Écoles des Sciences de l'Information (AIESI), Réseau associatif de l’AUF.
  • 2007-2009 : président de l'Association Internationale des Écoles des Sciences de l'Information (AIESI), Réseau associatif de l’AUF.

Affiliation à des structures internationales de recherche :

  • Depuis février 2008 : membre fondateur et Secrétaire de l’Alliance Cartago, une association internationale régie par la loi française du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 pour la réalisation de terminologies et d’ontologies multilingues et multiculturelles dans le domaine de l’e-Learning.
  • Depuis février 2006 : membre fondateur du réseau thématique TICER du programme SIST de la coopération française en Afrique francophone. Liaison avec le réseau Res@tice.
    http://sist-ticer.net/spip.php?article13
  • Depuis novembre 2005 : membre fondateur du groupe de recherche Res@tice de l'AUF autour de la pédagogie universitaire et des TICE.
    http://www.resatice.org

Coordination de projets de recherche :

  • 2009 : contribution à la coordination d’un projet de recherche CNRS financé par l’ISCC pour le développement de la norme MPEG-21 comme solution normative e-Learning en partenariat avec le laboratoire ARTEMIS, Paris.
  • De 2005 à 2007 : contribution au projet Africampus coordonné par l'AUF et la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Université de Bordeaux 3 pour la mise en place d'Environnements Numériques de Travail (ENT) dans les universités africaines de Dakar et Libreville.
  • De 2001 à 2002 : coordination et réalisation technique du projet « Bibliothèque virtuelle tunisienne » financé par l'Unesco pour la numérisation des fonds rares de la Bibliothèque nationale de Tunisie.

Membre de comités scientifiques :

  • De 2007 à 2009 : reviewer (Relecteur) pour le colloque annuel international EISTA (Education and Information Systems, Technologies and Applications) organisé par l’International Institute of Informatics and Systemics (IIIS) à Orlando, Floride, USA.
    Cité dans http://www.iiis2009.org/imsci/Website/ PCReviewers.asp?vc=17
  • Novembre 2009 : membre du comité d’organisation du colloque international EUTIC09 organisé par le Réseau Européen et interdisciplinaire sur les enjeux et usages des TIC, les 18, 19, 20 novembre 2009 à Bordeaux. Coordonné par le GRESIC, Université de Bordeaux 3.
  • Octobre 2009 : membre du comité scientifique du colloque international H2PTM09 organisé par le Laboratoire Paragraphe, Université de Paris 8, du 30 septembre au 2 octobre 2009.
    http://paragraphe.info/evenements/index.php/ H2PTM/H2PTM09
  • Décembre 2008 : membre du comité scientifique et animateur de séance des journées scientifiques du réseau Res@tice. Rabat, Maroc le 12 et le 13 décembre 2008.
    http://www.resatice.org/jour2007
  • Avril 2008 : membre du comité scientifique du colloque international franco-tunisien– SFSIC/ISD/IPSI – « Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation ? ». Tunis, 17-18-19 avril 2008.
  • Avril 2008 : membre du comité scientifique, conférencier principal, communiquant et animateur Colloque Euro-méditerranéen et Africain d’Approfondissement sur la Formation à DistanceCEMAFORAD 4 : Strasbourg, France.
    http://cemaforad4.u-strasbg.fr/pages.jsp?idTheme=3872&idsite=593 &idRub=1238&rubSel=1238
  • 2006 : membre du comité scientifique du Colloque Euro-méditerranéen et Africain d’Approfondissement sur la Formation à DistanceCEMAFORAD 3. Sousse, Tunisie
    http://www.isetso.rnu.tn/cemaforad3/comite.htm
  • 2006 : membre du comité scientifique des Journées d’Étude sur les Technologies de l’Information et de la Communication JeTIC’2006 du centre Universitaire El Bichar, Algérie. Du 15 au 16 avril 2006.
  • 2005 : membre du comité scientifique, communiquant et animateur de séance du colloque international Initiative 2005 organisé par l’Agence Universitaire de la Francophonie en marge du Sommet mondial de la société de l’information en novembre 2005 à Tunis.
    http://www.initiatives.refer.org/Initiatives-2005
  • 2005 : membre du comité scientifique, communiquant et animateur de séance du colloque international sur « l’information numérique et les enjeux de la société de l’information » organisé par l’Institut Supérieur de Documentation, Université La Manouba, Tunis du 14 au 16 avril 2005.
    http://calenda.revues.org/nouvelle4737.html

Contact :

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.