• Publications & valorisation
  • Ouvrages

Problématisation et méthodologie de recherche - Actes des Journées doctorales 2011, Bordeaux

PROBLÉMATISATION ET
MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE


Actes des Journées doctorales 2011
Bordeaux, 30-31 mars 2011


Prix : Gratuit
Éditeur : Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication
Parution : Mars 2012
Pages : 246
ISBN : Aucun

Les journées doctorales sont, pour la Société française des Sciences de l’Information et de la Communication, un événement majeur en ce qu’elles permettent à ces doctorants qui sont l’avenir de la discipline d’interroger leurs objets, leurs méthodes et de confronter leur démarche à ceux d’autres collègues. Il s’agit donc d’un moment privilégié d’expression et de partage des savoirs. Au-delà des aspects méthodologiques, elles offrent à la communauté des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) l’occasion de pointer et de mettre en lumière la diversité des travaux menés dans son champ.

La session 2011 qui s’est tenue à Bordeaux nous replonge dans l’histoire des Sciences de l’Information et de la Communication puisque de façon exceptionnelle, les journées doctorales intègrent l’hommage à Jean Meyriat, un des pères fondateurs de la discipline et premier président de la Société française des Sciences de l’information et de la communication. Ce lien avec le passé nous permet de mieux envisager l’avenir de la recherche en SIC.

Liste des auteurs : Alain Kiyindou, Romain Badouard , Marie Bénéjean, Laetitia Biscarrat, François Bissege, Audrey Bonjour, Céline Brun-Picard, Julie Brusq, Bruno Chaudet, Anne Cordier, Jean-Philippe De Oliveira, Myriam Dougados, Valentine Frey, Florian Hémont, Laura Jankeviciute, Anthony Michel, Pierre Minkala-Ntadi, Camille Moulinier, Olivier Nannipieri, Jean-Christophe Plantin, Léa Pontier, Karolina Swiderek, Samuel Szoniecky, Anaïs Theviot, Boris Urbas, Aïssata Moussa Yahayau.

COUVERTURE (PDF)

SOMMAIRE (WORD)

Genres et acteurs du cinéma français 1930-1960

Genres et acteurs du cinéma français
1930-1960


Sous la direction de Gwénaëlle LE GRAS & Delphine CHEDALEUX

Préface de Guisy PISANO

Prix indicatif : 16 Euros
Éditeur : Presses Universitaires de Rennes [commander l'ouvrage]
Collection : Le Spectaculaire
Parution : Février 2012
Pages : 216
ISBN : 9782753517844

Le cinéma populaire français d’avant la Nouvelle Vague est le continent oublié des études cinématographiques ; peu étudié, il est aussi peu enseigné dans nos universités, à l’exception de quelques "écoles" (le réalisme poétique par exemple) et de quelques cinéastes, dont les films ont été mis au panthéon par la "politique des auteurs". L’ouvrage propose d’explorer le cinéma français des années 1930, 1940 et 1950 en dépassant la dichotomie anachronique entre "cinéma d’auteur" et "cinéma commercial", pour tenter de l’appréhender tel qu’il était perçu par ses contemporains. Nous abordons ici le cinéma français classique par le biais des genres et de leurs acteurs, typiques des goûts du public de l’époque et de ce cinéma populaire où cohabitent des films qui accèderont au "panthéon", des "films du sam’di soir" et des films de qualité tombés dans l’oubli.

Dans cette perspective d’une approche socioculturelle du cinéma cherchant à comprendre le sens des films dans leur contexte de production et de réception, nous avons retenu trois genres principaux qui caractérisent la production de cette longue période : la comédie, avec ces variantes (boulevard, vaudeville, comique troupier, comédie de moeurs) ; le film policier et criminel ; le film en costumes (film historique, film de cape et d’épée). Non pas que ces trois genres soient les seuls, mais ils dominent ces trois décennies tout en donnant au cinéma français sa couleur propre.

L’ouvrage montre comment ces genres ont largement conditionné l’emploi des acteurs les plus populaires (Danielle Darrieux, Edwige Feuillère, Jean Marais, Odette Joyeux, Louis Jouvet, Fernandel, Eddie Constantine, Gérard Philipe, Annie Girardot, Jeanne Moreau) et construisent ainsi les représentations dominantes de l’époque. En croisant genre et acteur, les contributions font apparaître les traits saillants de ce cinéma populaire et nous éclairent sur la manière dont les acteurs contribuent, de manière individuelle ou collective, à donner à ces genres leur spécificité. Il s’agit également de comprendre comment certains acteurs ont pu faire évoluer les genres, à travers leur aptitude à circuler d’un genre à l’autre.

Cet ouvrage est publié sous la direction de Delphine Chedaleux et Gwénaëlle Le Gras, avec des contributions de Vincent Amiel, Delphine Chedaleux, Jonathan Driskell, Susan Hayward, Gwénaëlle Le Gras, Laurent Marie, Raphaëlle Moine, Alastair Phillips, Thomas Pillard, Brigitte Rollet, Geneviève Sellier, Ginette Vincendeau.
Débloquez l'affichage des images pour visualiser cette page correctement
COUVERTURE (PDF)
Débloquez l'affichage des images pour visualiser cette page correctement
SOMMAIRE (PDF)

Nouveaux espaces de partage des savoirs

Nouveaux espaces
de partage des savoirs


Dynamiques des réseaux et politiques publiques

Sous la direction de Alain KIYINDOU
& Rocío AMADOR BAUTISTA


Prix indicatif : 22 Euros (version PDF à 16,50 Euros)
Éditeur : L'Harmattan
Parution : Janvier 2012
Pages : 224
ISBN : 9782296566170

L’une des caractéristiques de la société actuelle est la multiplication de nouveaux espaces de partage des savoirs. En effet, le savoir n’est plus uniquement l’apanage d’une catégorie de la population qui la transférerait au reste du monde. Il est le résultat d’une co-construction dans laquelle l’expertise naît de l’intelligence collective. Les réseaux sociaux et les nombreuses plateformes construites à cet effet révèlent de nouvelles dynamiques s’inscrivant dans des politiques publiques appropriées. Cet ouvrage porte sur l’analyse de ces différents réseaux, des dynamiques qui les sous-tendent et des politiques publiques sur lesquelles ils reposent.

Professeur à l’université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, Alain KIYINDOU est président de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) et membre de la Commission française pour l’Unesco. Il a déjà publié de nombreux ouvrages sur les questions liées au développement et à la communication.

Professeur à l’Université autonome du Mexique, Rocío AMADOR BAUTISTA a publié de nombreux articles et ouvrages dans le domaine des TIC dans l’éducation.

Articles de Lise Vieira, David Reymond, Nathalie Pinède, Muriel Pommier, Catherine Foucaud-Scheunemann, Françoise Morel-Deville, Sophie Kennel, Amélie Fiorello, Grégory Spieth, Didier Bede, Fidelia Ibekwe-SanJuan, Widad Mustafa El Hadi, Emmanuel Murhula A. Nashi, Anne-Marie Laulan, David Benmahdi, Ndianga Loum, Patrick Saerens & Rocío Amador Bautista.
[Consulter le sommaire]


La ville, une impression sociale

Patrick BAUDRY

Prix indicatif : 14 Euros
Éditeur : Circé
Collection : L'art de ne pas
Parution : Janvier 2012
Pages : 120
ISBN : 978-2842423247

La mise en relation du corps, de l'image et des mondes urbains, mène à l'idée d'un exil fondateur, d'un déracinement heureux. La mise en relation du corps, de l'image et des mondes urbains, mène à l'idée d'un exil fondateur, d'un déracinement heureux. On est ici très loin de l'obligation de participation ou du souci d'intégration. Etre auteur suppose un détachement. Celui-ci ne suppose pas une pédagogie. Il est radical. Voici le postulat, simple et sans discussion : nous sommes toujours dans une in-situation que donnent le corps, l'image et la ville. Identité indécise, urbanisation étalée, rapport à l'image complexe... Voilà tout ce que l'on sait déjà. Mais il faut enfoncer un clou décalé. En passant comme par méandres, mouvements, indécisions (et décisions aussi) par Jacques Réda, Edward Hopper, François Bon. La ville, une impression sociale analyse l'incommunication et le décalage, comme manières d'être au monde. Une impression, c'est à la fois ce qui devrait donner un sentiment fort et ce qui se tient en retrait, sans assurance. Une certaine sérénité tragique vient parfois d'une simple "impression".

Patrick BAUDRY enseigne la sociologie à l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3. Il est l'auteur d'ouvrages sur le corps (Le Corps extrême), sur la mort (Une sociologie du tragique, Le Deuil impossible, La Place des morts, Le Mourant), sur des questions d'images aussi (La Pornographie et ses images et Violences invisibles).


Discordance des temps

Rythmes, temporalités, urgence
à l'ère de la globalisation de la communication


Sous la direction de Valérie CARAYOL & Alain BOULDOIRES

Prix indicatif : 24 Euros
Éditeur : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine [commander l'ouvrage]
Parution : Décembre 2011
Pages : 312
ISBN : 9782858924073

La centralité de l'urgence et les bouleversements des rythmes sociaux produisent de nouveaux régimes temporels, qui remettent en cause les liens et les pratiques communicationnels, les pratiques de transmission et de médiation. Ces mutations, dont les multiples conséquences restent à évaluer, ont déjà retenu l'attention d'anthropologues, d'historiens, d'économistes, de politologues ou de philosophes.

Le présent ouvrage propose une approche communicationnelle des enjeux et des problèmes suscités par ces mutations temporelles. Le laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication, Arts), équipe d'accueil de la formation doctorale en Sciences de l'Information et de la Communication et en Arts de l'Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, a déjà tenu plusieurs colloques et réalisé des travaux sur les temporalités médiatiques et l'urgence communicationnelle. Il s'agit ici, à partir des bénéfices de ces premières investigations et des éclairages apportés par les recherches les plus récentes, de prolonger cette réflexion.

Valérie CARAYOL est Professeur des Universités à l'Université de Bordeaux 3, Directrice du MICA. Elle est directrice de la publication de la revue Communication & Organisation publiée par les Presses Universitaires de Bordeaux. Elle travaille dans le domaine de la communication organisationnelle, sur les nouvelles temporalités au travail et les pratiques d'hyper connexion des cadres aux Technologies d'Information et de Communication. Elle a notamment publié "Communication organisationnelle, une perspective allagmatique" et "Vivre l'urgence dans les organisations".

Alain BOULDOIRES est maître de conférences à l'Université de Bordeaux 3, chercheur au MICA. Il travaille sur le lien entre la construction des identités et les pratiques médiatiques. Il a publié "Le corps potentiel, de l'incarnation à la virtualisation de l'expérience des savoirs" et développe une approche visuelle de l'enquête de terrain en Sciences de l'Information et de la Communication.

Articles de François HARTOG, Pascal MICHON, Luiz C. MARTINO, Jean-François TETU, André VITALIS, Jean-Pierre BOUTINET, Karine TURCIN, Laetitia BISCARRAT, Mélanie BOURDAA, Seok-Kyeong HONG-MERCIER, Nayra VACAFLOR, Isabelle RIGONI, Etienne DAMOME, Won LEE, Benoit CORDELIER, Taoufik ZINAOUI, Elgiz YILMAZ, Christian MESNIL, Valérie CARAYOL, Aurélie LABORDE, Nadège SOUBIALE, Hélène CROMBET, Arnault FEDOU, A. MESSADI, Yann ROUVERY, Ghyslaine THORION, Dominique BLIN, Isabelle COUSSERAND et Nicole DENOIT.
Débloquez l'affichage des images pour visualiser cette page correctement
PDF COUVERTURE
Débloquez l'affichage des images pour visualiser cette page correctement
PDF SOMMAIRE

Revue Figures de l'Art n°20 - Le syndrome de venise : la biennalisation de l'art contemporain

Revue FIGURES DE L'ART n°20 :

Le syndrome de venise
la biennalisation de l'art contemporain

Textes réunis par Bernard LAFARGUE

Prix indicatif : 27 Euros
Éditeur : Presses Universitaires de Pau et des Pays de l'Adour
Parution : Décembre 2011
Pages : 288
ISBN : 2353110258

Depuis quelques décennies, le monde (de l'art) vit au rythme des biennales d'art contemporain. S'inspirant de la Biennale di Venezia, lancée en 1895 par une ville qui, au bord de la ruine, sent que son salut est de devenir La Città dell'Arte, les grandes villes rivalisent d'ingéniosité pour organiser des biennales capables de réunir, sous la houlette de curators en vogue, des œuvres venues du monde entier.

Notre monde (de l'art) est tout autant l'effet que la cause de cette biennalisation pacifiée et enjouée qui, invitant les hommes dés cinq continents à venir se faire adouber citoyens festivaliers d'un même monde de l'art contemporain. a succédé au temps liturgique et guerrier des grandes cérémonies religieuses et politiques. Les jolies cartes postales d'Aleksandra Mir, qui font de milliers de villes d'eau des "Venezia" au coeur sérénissime, célébrent avec un humour délicieusement kitsch la nouvelle bulle, Urbi et Orbi, de ce monde "vénisé" de l'art contemporain. Elles nous donnent à voir, dans le double take d'un trompe-l'œil photographique dont John Baldessari est assurément le grand maître, que nous sommes tous des "veni etiam", des "revenants vénitiens", qui tournent en rond(e) sans fin, en proie au "syndrome de Venise". L'hédoniste : "Visse, scrisse, amo" de Stendhal a heureusement remplacé l'impérial : "Veni, vidi, vici" de César.

C'est cette nouvelle manière de faire des mondes de l'art capables de cohabiter au sein d'un même monde de l'art, qu'a tout particulièrement mise en évidence la 53e biennale de Venise, à laquelle Daniel Birnbaum a donné pour thème : Fare Mondi / Making Worlds. Partant des oeuvres exposées lors de cette biennale paradigmatique, ce vingtième numéro de Figures de l'art montre pourquoi et comment la biennalisation est devenue, dans un monde où tout peut être de l'art et tout un chacun artiste ou esthète, le mode d'étre d'un art mondialisé qui nous rend contemporains, sinon encore confrères ou compagnons.

Articles de : Paul Ardenne, Sylvie Castets, Jean-Pierre Cometti, Bernard Lafargue, Sylviane Leprun, Sandra Métaux, Annabelle Munoz-Rio, Nicolas Nercam, Louise Poissant, Marie-Dominique Popelard, Christophe Puyou, Corinne Rondeau, Christian Ruby, Hélène Sirven, Ronald Shustermann, Evelyne Toussaint, Didier Valhère et Jeanette Zwingenberger.

En savoir plus :
Site Internet de la revue Figures de l'art



La formation aux cultures numériques

Une nouvelle pédagogie pour une culture de l'information
à l'heure du numérique


Olivier LE DEUFF

Prix indicatif : 19,50 Euros
Éditeur : FYP éditions
Collection : Société de la connaissance
Parution : Novembre 2011
Pages : 160
ISBN : 9782916571546

Peut-on vraiment prétendre qu’il suffit de faire partie de la génération Y – d’être né à l’époque des jeux vidéos et de l’internet – pour posséder une maîtrise innée de la gestion de l’information et des outils du numérique ? Les mutations engendrées par le numérique ouvrent la porte à de grandes potentialités, mais également à de nombreuses interrogations sur l’évolution intellectuelle, culturelle et éducative de la société. Cet ouvrage met en évidence les dangers et les problématiques de la confusion entre usages et culture. Olivier Le Deuff questionne notamment les évolutions de la lecture, de l’écriture et de l’exercice de notre pensée. Il explique comment former les individus à des environnements numériques toujours en construction et qui, eux aussi, nous transforment. Il propose une nouvelle pédagogie pour l’acquisition d’une culture de l’information et l’adaptation à la civilisation numérique. L’auteur montre également comment adapter les programmes éducatifs, les méthodes et les lieux de formation, et quels sont les apprentissages nécessaires pour les jeunes et les adultes qui doivent désormais se former "tout au long de la vie". C’est un ouvrage indispensable aux enseignants, formateurs, pédagogues, gestionnaires de l’information, politiques, créateurs de nouveaux services, à tous ceux qui s’interrogent sur le devenir de la formation, et pour que les « natifs » du numérique ne deviennent pas les "naïfs" du numérique.

Docteur en sciences de l’information et de la communication, titulaire du Capes de documentation et maître de conférences à l’université de Bordeaux 3, Olivier Le Deuff poursuit ses recherches autour de la culture de l’information et des mutations engendrées par le numérique. Auparavant, il a exercé pendant plusieurs années comme professeur-documentaliste en collège et en lycée et s’intéresse aux nouveaux modes et méthodes d’apprentissage. Il est également l’auteur du blog Le Guide des égarés, qui aborde ces diverses thématiques depuis 1999.

La communication sociale en Amerique latine

LA COMMUNICATION SOCIALE
EN AMéRIQUE LATINE


Luis Ramiro BELTRÁN

Textes rassemblés et présentés par Isabel GUGLIELMONE URIOSTE

Prix indicatif : 22 Euros
Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux [commander l'ouvrage]
Parution : Octobre 2011
Pages : 280
ISBN : 9782867816802

À la fin des années 1960 et durant la décennie suivante, les chercheurs sud-américains en Sciences de l’information et de la communication, ont interrogé le caractère "vertical" du paradigme fonctionnaliste de la communication, issu de la sociologie des médias qui s’est développée aux États-Unis. Très attentifs aux résonances entre Sciences de l’information et de la communication et les revendications du social ; ils ont également pensé et valorisé le rôle des grands médias, en particulier la radio, comme soutien aux exigences démocratiques.

Parmi les chercheurs de cette "École latino-américaine de communication", figure le Bolivien Luis Ramiro Beltrán. Le présent recueil de textes, premier livre publié en langue française de cet auteur, est représentatif de son œuvre. Depuis plus de trente ans, il étudie des questions qui n’ont rien perdu de leur actualité : la concentration médiatique, la mise en spectacle de l’information, la figure du récepteur-consommateur-électeur traité en tant que "cible", les politiques d’exception culturelle, la défense des peuples autochtones ou encore les actions pour un développement durable et solidaire. Alors que les publics s’élargissent à partir des réseaux sociaux électroniques et s’approprient de nouvelles modalités de réception des médias classiques, le modèle, certes reformulé, de la communication participative, conserve toute sa pertinence. Dans ce livre, l’auteur aborde notamment des thèmes tels que les politiques nationales de communication, le nouvel ordre international de l’information, la communication horizontale ou encore la communication sociale au service de la démocratie. Ces réflexions sont menées dans les contextes politique et théorique de l’Amérique Latine des années 1960 et 1970. L’"Extrême-Occident", cette autre Amérique complexe et variée, donne à la communication une dimension humaniste que cet ouvrage tend à démontrer.

Luis Ramiro Beltrán, né en 1930, est l’auteur de quatre cents articles en espagnol et en anglais. Il a reçu en 1983 le prix McLuhan Teleglobe Canada, décerné par le gouvernement canadien aux personnalités ayant accompli une action spéciale dans le domaine théorique ou dans la pratique de la communication sociale. Il a été consultant et conseiller pour plusieurs organismes internationaux dont l’UNESCO et l’Université Johns Hopkins (États Unis). Journaliste, écrivain et scénariste, il réside actuellement à La Paz (Bolivie).

Isabel Guglielmone Urioste, maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, de l’Université de Technologie de Compiègne, vice-Présidente du G.R.E.R (Groupe d’Études et de Recherches sur la Radio) 2006-2010. Elle a présenté cet ouvrage lors du 2e Séminaire Transdisciplinaire du MICA.
Analyse d'une oeuvre  : Conte d'été, Éric Rohmer, 1996 (Martin BARNIER & Pierre BEYLOT)

Analyse d'une oeuvre :
Conte d'été

É. Rohmer, 1996

Martin BARNIER & Pierre BEYLOT

Prix indicatif : 9,80 Euros
Éditeur : Vrin
Collection : Philosophie et Cinéma
Parution : Septembre 2011
Pages : 136
ISBN : 9782711623860

Éric Rohmer se lance dans la réalisation de ses « Contes des quatre saisons » à plus de soixante-dix ans. Le troisième film de la série, Conte d’été est une réussite artistique et financière complète, fruit d’une longue maturation du scénario et du travail avec les comédiens.

Conte de saison intimement lié au décor des côtes bretonnes, cette chronique estivale s’attache aux fluctuations des sentiments de personnages qui ne cessent d’hésiter sur leur destinée sentimentale.

Conte philosophique où se posent les questions de l’identité et de l’altérité, cet opus est aussi un conte moral qui interroge la nature des relations entre les sexes et montre comment le jeu de la séduction construit un regard genré.

Martin BARNIER est professeur en études cinématographiques à l’université Lumière Lyon 2.
Pierre BEYLOT est professeur en études cinématographiques à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3.



VERT MINES
Un artiste / des étudiants :
Raphaël Larre / Master 1 Ufr des arts


Sous la direction de Hélène SAULE-SORBÉ

Prix indicatif : 14 Euros
Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux [fiche éditeur]
Parution : Juillet 2011
Pages : 96
ISBN : 9782867817076

Composé de 2 volumes, Vertmines est le fruit d’une expérience artistique et pédagogique coordonnée par Hélène Sorbé et menée au printemps 2009 dans le cadre du Master recherche ARTS et du département Arts plastiques. Invité par l’Université Michel-de-Montaigne Bordeaux 3, le jeune artiste français Raphaël Larre, diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et venant de bénéficier d’un séjour de 2 ans à la Casa Velazquez (Madrid), a développé avec les étudiants une démarche de projet et de création hors les murs. Elle a consisté, depuis le site privilégié du Parc paysagé de Majolan à Blanquefort, à interroger l’histoire et les caractéristique du lieu pour faire œuvre. Aménagé à la fin du XIXe et carrefour d’influences (modèle du jardin anglais, esthétique du pittoresque, style "rocaille" héritage du XVIIIe siècle) ce magnifique domaine a fait récemment l’objet d’une réhabilitation. S’y sont greffées des conceptions écologiques et botaniques soucieuses du développement durable et de la valorisation du patrimoine végétal propre au milieu marécageux inhérent à l’identité du site de Blanquefort.
Intitulé Vertmines, ce workshop a en quelque sort invité la pratique du dessin à se "mettre au vert" et, ce faisant, à exploiter les potentialités du lieu : ici, l’imaginaire puissamment dégagé par les "fabriques" qui tissent, au gré de la promenade, des récits variés et ont suscité des réminiscences de Chaperon rouge, Petit Poucet, Bottes de sept lieues, caverne d’Ali Baba, mais aussi de lanterne magique, etc.

Le volume 1 met en scène les grands moments de l’aventure vécue par les étudiants, des premières recherches à la médiation et la médiatisation en passant par les questions de fabrication.
Le volume 2 est centré sur le dessin et retranscrit les communications orales de la journée d’étude du 3 mars 2009 consacrée à la pratique du dessin, dans ses dimensions historique, esthétiques et poïétique, approche indispensable pour en saisir la teneur plastique, la portée critique et poétique.
Inclus 1 DVD restituant la performance, les dessins animés, un album photos-souvenirs en couleurs.

Auteurs : Hélène Saule-Sorbé, Lydie Pearl, Bertrand Prévost, François Jeune, Jean-François Desserre.