ANR HyperOtlet

  • Type et nom du du programme : ANR HyperOtlet
  • Durée : 3 ans (2017 - 2020).
  • Nature
  • Pilotage : Bertrand Müller, directeur de recherche au CMH et porteur du projet, Olivier Le Deuff, MCF en SIC et chercheur au Laboratoire MICA, Benoît Epron, MCF en SIC à l'Enssib et chercheur d'ELICO, Catherine Muller, conservateur des bibliothèques à l'Enssib au pôle Publications de la recherche, Stéphanie Manfroid, responsable du service des archives du Mundaneum (Centre d’archives de la Fédération Wallonie-Bruxelles), Gabriel Popovici, IGE, responsable du centre documentaire de la MSH-Paris Nord, Arhur Perret, Doctorant en SIC (École doctorale de l'université de Bordeaux)
  • Financement : 150 120 euros, incluant le financement d'un contrat doctoral
  • Participation : Enssib, MICA Mundaneum de Mons, MSH-Paris Nord (CNRS, Universités Paris 8 et Paris 13)

Le projet HyperOtlet a été retenu suite à l’appel à projets ANR (Agence Nationale de Recherche 2017)

Le projet s’inscrit dans le défi 8 (Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives), axe 5 (Cultures, création, patrimoines) de l’appel à projets de l’ANR. HyperOtlet repose sur une œuvre majeure de l'histoire de la documentation, le Traité de documentation de Paul Otlet écrit en 1934 par le juriste et documentaliste belge.

Présentation 

les enjeux de recherche du Traité de documentation

Le projet HyperOtlet se propose précisément de revenir sur cette œuvre avant-gardiste afin de la replacer dans sa complexité contextuelle et de mettre à disposition d'une communauté d'experts, une éditorialisation critique du Traité de documentation. Inscrit dans les sciences de l'information et le développement des Humanités numériques, le projet de recherche vise à dépasser le modèle désormais classique de l’édition web augmentée pour permettre l'utilisation d’un outil d'édition scientifique critique qui s’appuie sur un nouveau dispositif numérique : «l’hyperdocument». Non seulement un texte augmenté, mais un texte décomposé en documents, susceptibles d’engendrer de nouveaux enrichissements, organisations et modélisations.

Le Traité de documentation, Le livre sur le livre : un enjeu majeur de recherche en SIC pour documenter l’histoire de la documentation

Théorie, méthodologie et pédagogie de la documentation, le Traité de documentation est un objet paradoxal dès lors que le projet documentaire de son auteur est de dépasser le livre, de le dé-livrer de sa clôture, de désintégrer son contenu sur des fiches re-déployées dans une encyclopédie-documentaire. Objet hybride, livre par sa reliure et sa clôture, il est aussi une accumulation de pages/fiches, une agglomération de dossiers, une collection de classeurs, un répertoire et une encyclopédie. Nous envisageons de le traiter comme un «hyperdocument», comme l’espace d’un dispositif de régulation d’une nouvelle technologie intellectuelle (Pascal Robert) et d’une nouvelle architecture de la connaissance : la documentation.

Comme «hyperdocument», le TD contient en lui-même les conditions et les possibilités de sa mise en « documents », de sa «documentarisation». Comme livre il contient la matière pour fixer une nouvelle tradition intellectuelle et éditoriale. C’est donc dans ces tensions entre technologie, matérialité, organisation des savoirs et invention d’une tradition que le projet est placé.

CIEL (Compétences Informationnelles des Etudiants de Licence)

  • Type et nom du du programme : CIEL (Compétences Informationnelles des Etudiants de Licence)
  • Durée : 3 ans (2017 - 2020).
  • Nature : projet région, volet recherche
  • Pilotage : Marlène Dulaurans de l’axe COS Communication, Organisation et Société du MICA
  • Financement : 103 400 euros (financement 55 550, investissement 1850, contrat post doctoral d'un an)
  • Participation : UBM, MICA, SCD UBM, MSHA, POSIP, ENSSIB, Mairie de Pessac
  • Thème : Les compétences informationnelles des étudiants

Présentation

Le projet exploratoire que nous proposons vise à favoriser la rencontre de plusieurs champs de recherche au cœur des digital scholarship (sciences de l’éducation, sciences de l’information, sciences de la communication) pour comprendre comment l’usage des nouvelles technologies numériques peut conforter les étudiants primo-arrivants à l’université dans l’acquisition de compétences autour de la littératie informationnelle, indispensables à la réussite de leurs études dans l’enseignement supérieur mais également formatrices tout au long de leur vie professionnelle.

Ainsi, les travaux de recherche menés doivent permettre d’identifier l’état actuel de ces connaissances et compétences chez les étudiants en licence de Sciences Humaines et Sociales et de mieux appréhender les obstacles à leur acquisition. Un modèle expérimental de formation numérique de type serious game pourra alors leur être proposé afin de leur permettre de mieux appréhender les contenus scientifiques, d’optimiser leurs recherches, de gagner en autonomie et de devenir acteur de leur propre apprentissage.

Idex Art et Sciences

Présentation

Le projet Idex Arts et Sciences examine la place du discours journalistique dans l’exploration théâtrale d’un attentat.

La scientifique et l'artiste participent à la création d’une œuvre dramatique inspirée de faits réels : un attentat qui a eu lieu en 2010 à Puné, en Inde et dont les responsables n’ont toujours pas été identifiés. Intitulée "Mickey Mouse Project" en référence au nom de code de l’opération terroriste menée par David Hadley, figure énigmatique au cœur de l’intrigue, l’oeuvre théâtrale interroge le pouvoir et les limites de la parole journalistique, surtout lorsqu’elle devient l'unique recours pour expliquer l’horreur

L’attentat est pensé à la fois comme un espace de performances médiatiques et comme un événement journalistique en construction dont la dramaturgie repose sur une temporalité propre et des modes de mise en récit qui imposent un cadre de lecture restrictif. Le but de la recherche scientifique est de comprendre ce travail de construction en analysant le message, ses conditions sociales et politiques d’élaboration ainsi que les jeux d’interactions entre ses producteurs, leurs sources et leurs publics.

LID

  • Type et nom du programme : Laboratoire des pratiques Innovantes en Design
  • Durée : 4 ans (2016-2019).
  • Nature : Projet région Nouvelle-Aquitaine et MSHA.
  • Pilotage : Stéphanie Cardoso (contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
  • Financement :
  • Participation : Région Nouvelle-Aquitaine, MSHA, MICA, Université Bordeaux-Montaigne, Hybridlab, Immersion, Rudii, IMS, Crisalidh, ESPE Aquitaine, CATS.
  • Site Internet : en cours de création.

Présentation

Design de scénarii pédagogiques collaboratifs et immersifs

Aborder la pédagogie par le design offre de nouvelles formes de médiation, elles s’appuient sur des outils et méthodes du design : dès lors l’expérience pédagogique créée peut-elle supplanter les objectifs pédagogiques et faire en sorte que l’étudiant s’approprie le savoir ?

Le programme LID (Laboratoire des pratiques innovantes en Design) est un learning lab sur le mode « recherche action (Findeli, 2006) où les équipes pluridisciplinaires de chercheurs (Design, Sciences de l’Information et de la Communication, Sciences de l’Education, Pyscho-Cognition) co-conçoivent, en utilisant les méthodologies de design thinking, des scénarii pédagogiques avec les enseignants et leurs étudiants (niveau universitaire). La plateforme intègre des technologies numériques de pointe (technologies immersives 2D et 3D), elle y accueille enseignants et étudiants du panel pour leurs cours en Histoire, Géographie, Archéologie, Théâtre, Physique des matériaux, Gestion de projet, STAPS, Transmedia, Design (Université Bordeaux Montaigne et Université de Bordeaux). Le programme se positionne sur la dimension « immersive » de l’apprentissage contrairement aux aspects transmissifs développés par les MOOCs.

Ce lieu de convergence des modèles de travail collaboratif est avant tout un lieu d’expérimentation, il vise à encourager l’innovation au sein du pôle universitaire aquitain par le vecteur du design.