Séminaires, colloques, journées d'études...

séminaire : Réception & représentation - séance 6/7

Jacquette DVD Un gars, une fille

Un gars, une fille
ou la divine comédie du quotidien1


mardi 5 avril 2016

17h - 19h

MSHA, salle 2,
Esplanade des Antilles
Pessac
ligne B, station de tram " Montaigne-Montesquieu "

 


Présenté par : Laetitia Biscarrat


1 - À propos d’Un gars, une fille : Jean-Jacques Larrochelle, « La divine comédie du quotidien », Le Monde Radio et TV, 26 février au 4 mars 2001, p. 7.


Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus : tel semble être l’adage du programme Un Gars, une fille qui met en scène la vie quotidienne d’un couple hétérosexuel sous forme de saynètes comiques. Le récit des aléas de la vie à deux a converti ce format court en un véritable phénomène du PAF, tant du point de vue des audiences que de la prégnance dans les imaginaires collectifs. Nombreux/-ses sont en effet les jeunes marié.e.s qui ont vu défiler leur vie sur un diaporama aux couleurs de Chouchou et Loulou le jour de leurs noces, après avoir été coiffé.e.s dans un salon éponyme.

Cette contribution propose d’interroger les représentations de couple véhiculées par Un gars, une fille dans une perspective de genre. Il s’agira d’analyser cette production culturelle en articulant les représentations aux logiques industrielle et éditoriale qui sont à l’œuvre. Nous prendrons pour point de départ la désignation de « shortcom » souvent employée pour désigner ce type de programmes caractérisé par une brièveté esthétique et narrative. Puis nous nous pencherons plus spécifiquement sur le traitement du genre (gender) au regard du jeu de figement et défigement des stéréotypes dans ce contexte de brièveté. Le genre est ici envisagé dans une perspective relationnelle : nous traiterons des identités tout autant que des rapports qui se (dé)nouent au sein de ce couple. L’étude des traces de réception médiatisées – critique journalistique et réception « profane » - nous renseignera d’une part sur les contextes et enjeux de réception ; d’autre part, elle nous permettra d’approcher l’expérience spectatorielle des publics, notamment du point de vue de la réception des stéréotypes de genre et de la critique amateur en ligne.