Séminaires, colloques, journées d'études...

Atelier de sémiotique

Qu’est-ce que la sémiotique de la perception ?


vendredi 12 février 2016

15h30

MSHA, salle 2,
Esplanade des Antilles
Pessac
ligne B, station de tram " Montaigne-Montesquieu "


Présenté par Audrey Moutat et Jean-François Bordron 


Le monde sensible et la perception sont au cœur des préoccupations des hommes depuis l’Antiquité grecque où ils ont suscité un vif engouement intellectuel, en particulier dans le cercle philosophique. C’est donc tout naturellement que la sémiotique s’est à son tour infiltrée dans cette brèche programmatique, afin d’en soulever les problématiques fondamentales : pourquoi percevons-nous ? En quoi consistent nos perceptions ? Comment le monde sensible peut-il prendre sens pour nous et surtout, en quoi peut-on dire que la perception constitue un acte sémiotique ? Des interrogations non spécifiquement liées à la sémiotique et qui appellent à une réflexion pluridisciplinaire, notamment sur la détermination du lieu commun capable d’assurer la médiation entre perception et sa description. Mais avant de déterminer cette communauté d’organisation, il convient d’abord de revenir sur cette instance perceptive afin de déterminer sa structure et d’en comprendre l’organicité. Or une telle entreprise implique une première interrogation, celle du statut sémiotique du monde naturel : en quoi peut-il être envisagé comme une structure signifiante et comment se manifeste-t-elle ? Partant des quelques voies sémiotiques ouvertes sur le monde naturel et la perception, dont nous évaluerons la portée pour notre problématique, nous proposons de déterminer le fonctionnement et l’articulation de la sémiose perceptive avant d’en souligner la dynamique et son caractère profondément instable.

Commentaires de dégustation à l’appui, il s’agira également de montrer comment sensible et intelligible s’articulent et permettent de rendre compte des propriétés sensibles du monde. En empruntant une terminologie relevant d’autres domaines d’application, les commentaires œnologiques produisent un flottement de sens qui revêt cependant un fort pouvoir communicationnel : malgré l’inexactitude des contenus inférés, il existerait des propriétés sémantiques communes aux différents domaines convoqués, offrant la possibilité, pour chaque interprète, de « percevoir » en discours les qualités décrites. Ainsi ce travail vise-t-il, dans un second temps, à déterminer comment le dégustateur professionnel parvient à convoquer les ressources de la langue pour communiquer ses impressions sensorielles et en décrire toute la complexité.

Intervenants

Jean-François Bordron, professeur émérite à l’université de Limoges

A publié plusieurs ouvrages sur la perception, notamment à propos de la dégustation du vin, et sur l’image (L’iconicité et ses images, Etudes sémiotiques, PUF, 2011) ;

Audrey Moutat, Maître de conférences à l’université de Limoges

A publié en 2015 : Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception, Editions Lambert-Lucas.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.