Séminaires, colloques, journées d'études...

séminaire : Ecritures numériques et éditorialisation séance 4

Séminaire Ecritures numériques et éditorialisation

Logo iriLogo MICA

Séminaire international séance 4

"Détournements et création :
Les pratiques alternatives à la périphérie des plateformes"


jeudi 21 janvier 2016
17h30 - 19h30


Université Bordeaux Montaigne, salle D013
Pessac
(ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)


Séminaire coordonné à Bordeaux par : Franck Cormerais


De toute part nous viennent des indications quantitatives stupéfiantes. Un milliard d’utilisateurs de Facebook en 24 h, 2 milliards de dollars investis par Facebook pour acheter OculusRift qui en avait levé moins de 100 millions dans sa brève histoire antérieure. Les majors des réseaux interactifs seraient-ils en passe de préempter tous les usages novateurs des technologies numériques ?

Les solutions industrielles mises en place par des firmes comme SAP, Dassault-Systèmes, CapGemini et autres deviennent des applications sécurisées dépendant de modèles qui associent des silos et des protocoles de partage d’information à l’usage de clients exclusifs. Les plateformes comme Amazon, DailyMotion ou YouTube fournissent des environnements formatés pour des usages spécifiques très largement ouverts au public. Des formats intermédiaires comme ceux des compagnies aériennes ou des banques conjoignent la sécurisation et l’ouverture au client.

Quels environnements numériques permettent-ils une certaine créativité? Les logiciels de blogues ou d’enseignement à distance? Des espaces dédiés à la création numérique en réseau? Ou bien pouvons-nous repérer des usages détournés et inventifs des plateformes standard comme Tumblr ou Twitter? L’intensité inégalée des échanges et la dispersion des initiatives rend particulièrement difficile, le repérage, l’analyse et la stabilisation des créations numériques, dont la plupart ne seront connues que de tout petits cercles de suiveurs. Nous suivons Richard Sennett lorsqu’il affirme que l’artisanat créatif, qui demande la formation d’un tour de main spécifique et requiert à la fois du temps, de la précision et une plongée dans un univers de références internes à la pratique, est mis hors-jeu par la plupart des contextes logiciels avec lesquels nous interagissons.

Si nous mettons la question des contenus subversifs ou polémiques entre parenthèses pour nous concentrer sur les usages alternatifs des technologies et des environnements numériques eux-mêmes, comment pourrons-nous aborder le repérage du corpus considéré? Si nous nous bornions aux créations faisant l’objet d’un visa officiel (résidences d’artistes, départements d’université, bourse délivrées par des institutions), nous aurions un aperçu du possible créatif, mais non pas du potentiel réellement alternatif. Si nous nous mettions à l’affût de créations périphériques, l’océan des liens nous submergerait de trouvailles aléatoires et souvent inexploitables : plateformes à l’abandon, esquisses sans développements suffisants, projets aux contours flous, univers linguistiques inconnus... Ne sommes-nous pas méthodologiquement tenus d’opter pour une stratégie explicitement restrictive : une approche monographique commanderait de spécifier une recherche en fonction d’une application déterminée, ou en fonction d’un nuage de mots-clés particulier : cela permettrait au moins des sondages concrets. Ou bien il faudrait renoncer à considérer les univers numériques comme autonomes et évoquer les créations ou interprétations ou autour d’un événement particulier, qu’il s’agisse d’une série télé ou d’un attentat politique et des réactions associées. Au-delà, l’univers du code et des données devrait permettre de repérer des usages inusités de la programmation, des fonctions rarement utilisées mises en avant, des espaces collaboratifs ouverts à des travaux originaux. Il y a là en puissance nombre d’orientations de recherche pour les années qui viennent


La séance sera retransmise en direct sur : http://www.polemictweet.com/

Plus d’informations et l'ensemble du programme en ligne sur le site : http://seminaire.sens-public.org


Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’IRI, l’Université de Montréal, Dicen-IDF, Université de Bordeaux, Université de Technologie de Compiègne. Il a été créé en 2009 en partenariat avec le laboratoire Invisu (INHA-CNRS).